La Fondation Carl Faust

La Fondation qui porte le nom du créateur de Marimurtra fut créée à Blanes par un acte notarié en 1951. Faust établit un patronat auquel il donna la responsabilité de la maintenance de son jardin botanique et de la continuité de son travail scientifique. Suivant sa pensée internationaliste, on comptait parmi les premiers patrons des citoyens allemands, espagnols, suisses et britanniques. L’un d’entre eux était l’illustre botaniste catalan Pius Font i Quer, ami et principal conseiller de Faust.

La Fondation est associée à l’Institution Catalane d’Histoire Naturelle et à la Société Espagnole de Biologie de Conservation des Plantes.

Les objectifs concrets de la Fondation Carl Faust, selon ses statuts, sont:

  • Augmenter les collections de plantes vivaces du jardin en continuant, dans la mesure où on le jugera convenable, l’occupation des terrains qui lui appartiennent ;
  • Accroître ses herbiers et les matériels de la bibliothèque ;
  • Maintenir –et adapter si besoin- les laboratoires et l’observatoire météorologique et ajouter éventuellement d’autres installations qui seraient nécessaires pour la recherche scientifique;
  • En général, constituer un centre de recherche botanique de premier ordre ouvert à la coopération internationale ;
  • Contribuer à la divulgation de la connaissance du monde végétal et de son importante dans l’ensemble de la biosphère.

La Fondation est dirigée par un patronat formé par des personnes de différentes professions et organisé en commissions de travail. Elle dispose également d’un comité exécutif qui permet une prise de décisions agilisée ainsi qu’une gérance.

Le Patronat, conscient de la singularité des temps actuels dans lesquels on constate un processus accéléré de disparition d’espèces végétales à cause de facteurs anthropiques, et connaissant l’importance des jardins botaniques dans leur gestion et conservation, a pour objectif que Marimurtra devienne un centre dédié à la conservation et à la recherche scientifique, surtout dans le milieu de la Méditerranée occidentale, en tentant d’encourager la conscience civique autour de l’urgence de préserver la couche verte de la Terre. Il tient également à ce que ce soit un espace ouvert aux personnes et institutions du pays face à la réalisation d’activités sociales ou culturelles.